SPECIALISATIE

Lees wetenschappelijke artikels over

Nieuw onderzoek

Stressmanagement

L'expérience d'une peur imminente qui vous bloque

Qu’est-ce qu’une attaque de panique ?

Une attaque de panique est la survenue imminente et inattendue d'une peur intense accompagnée de divers symptômes physiques. Elle peut produire un profond sentiment de malaise. Cette peur peut être causée par une raison réelle (que vous pouvez observer) ou par une raison imaginaire (vous ne pouvez pas la voir dans l'environnement mais elle se situe dans vos pensées).

Le premier sentiment que peut vous procurer une attaque de panique est une perte de contrôle de vous-même et de votre environnement. En effet, certaines personnes sous le coup d’une attaque de panique ont même l'impression qu'elles vont faire un arrêt cardiaque, ou qu'elles peuvent "mourir à tout moment". Cette peur de perdre le contrôle est tout à fait caractéristique d'une attaque de panique.

Une attaque de panique est totalement involontaire et survient généralement de manière soudaine, sans aucun signe avant-coureur. Elle peut donc survenir à tout moment et en tout lieu, et dure généralement de 5 à 20 minutes. Une attaque de panique peut se manifester en conduisant, en faisant la queue à la banque, au cinéma, à la maison avant d'aller au travail. Cela peut se produire en marchant dans la rue, lors d'une réunion au travail, dans un bar, lors d'un événement social, ou dans un endroit où il y a beaucoup de monde. Parfois cela peut même arriver lorsque vous dormez.

Il est normal de ressentir de la peur ou de la panique à certains moments, notamment lorsqu'il existe un danger imminent ou réel pour votre vie, mais lorsque cela devient un problème chronique et que les attaques de panique persistent avec une grande intensité, malgré l'absence de cause préoccupante, il s'agit probablement d'un trouble de panique. Or, celui-ci peut affecter votre qualité de vie, vos habitudes et vos activités professionnelles, scolaires, familiales et sociales.

Symptômes et causes des attaques de panique

Les attaques de panique peuvent être ponctuelles ou se produire fréquemment, l'une après l'autre. Leurs symptômes sont immédiats. Après l'épisode, vous ressentez une sensation de fatigue, vous pouvez avoir l'impression d'être "à bout de force".

Comment puis-je savoir si je subis une attaque de panique ?

Pour diagnostiquer une attaque de panique, au moins 4 ou plus des symptômes suivant doivent être présents :

  • Transpiration
  • Peur de mourir
  • Tremblements
  • Accélération du rythme cardiaque ou palpitations
  • Sensation de perte d'air, étouffement
  • Sensation d'essoufflement
  • Nausées
  • Douleurs thoraciques ou sensation d'oppression
  • Sensation de vertige, d'étourdissement ou d'évanouissement
  • Sensation de picotement ou engourdissement du corps
  • Sensation de chaleur ou de frisson
  • La peur de "devenir fou" ou de perdre le contrôle total de la situation
  • Sentiment de "détachement de soi"

Qu'est-ce qui peut provoquer une attaque de panique ?

Les causes d'une attaque de panique peuvent être variées. Les facteurs les plus influents sont le patrimoine génétique, le stress (dans différents domaines de la vie) et l'anxiété intense, le tempérament, certains traits de personnalité qui peuvent vous rendre plus vulnérable ou enclin à des émotions générant un malaise psychologique.

Le diagnostic nécessitera un examen clinique, une analyse de sang pour mesurer la TSH (hormone stimulant la thyroïde), un électrocardiogramme, des tests psychologiques, ainsi qu'une évaluation approfondie de votre santé mentale. Il est nécessaire que lors de la séance de psychothérapie, un relevé soit fait de votre histoire familiale et individuelle, de vos phobies et des événements survenus dans votre vie qui pourraient déclencher l'apparition de ces symptômes. Les attaques de panique surviennent souvent également en réponse à un traumatisme psychologique ou à des situations de vie difficiles qui produisent des niveaux de stress élevés.

Que faire en cas d’attaque de panique ?

Vous vous êtes probablement demandé ce qu'il faut faire en cas d’attaque de panique. Comme celles-ci surviennent de manière soudaine et non préméditée, il est important que vous ayez quelques techniques pour être mieux préparé et savoir comment calmer une attaque de panique

Voici 5 conseils pour calmer une attaque de panique :

Identifier les symptômes physiques

Identifier les symptômes physiques

La première chose à faire est de prendre conscience de l'attaque de panique que vous êtes sur le point de subir. Pour ce faire, vous devez lire et identifier les signes que votre corps manifeste. Avant que l’attaque de panique n'atteigne son paroxysme, vous pouvez remarquer que votre cœur s'emballe, que vous ressentez une sensation de chaleur ou de frisson, que vous transpirez excessivement et que vous êtes essoufflé. Plus vite vous identifiez ces signes, plus vite vous pouvez réagir.

Trouvez rapidement un endroit calme

Trouvez rapidement un endroit calme

En plus de la peur et de l'anxiété intense qu'une attaque de panique peut provoquer, vous êtes susceptible de vous sentir anxieux à l'idée que d'autres personnes vous regardent pendant la crise. Par conséquent, pour réduire votre niveau d'agitation, cherchez à vous isoler dans une salle de bain, une ruelle ou un coin où il y a peu de monde.

Fermez les yeux

Fermez les yeux

Fermez les yeux et couvrez-les avec vos mains ou avec un objet si possible (écharpe ou manteau). Le fait de garder les yeux complètement couverts permet aux facteurs environnementaux aversifs ou stressants, tels que les personnes, les objets, les couleurs et les sons, de vous empêcher de devenir anxieux. Plus vous parvenez à isoler les stimuli extérieurs, moins l'attaque de panique risque de s'intensifier

Respirez de façon diaphragmatique

Respirez de façon diaphragmatique

Il s'agit d'une technique thérapeutique qui permet à votre corps et à votre esprit d'entrer dans un état de relaxation et de diminuer la peur intense produite par l'attaque de panique. La respiration diaphragmatique consiste à respirer avec le diaphragme, c'est-à-dire que c'est votre ventre qui se "gonfle et se dégonfle" avec l'air que vous inspirez et expirez, et NON votre poitrine qui bouge comme elle le fait normalement.

Asseyez-vous où vous pouvez et inspirez de l'air sans bouger votre poitrine, gonflez votre ventre et comptez jusqu'à 3. Expirez l'air sans laisser votre poitrine bouger et dégonfler votre ventre. Faites-le lentement et en rythme pendant au moins 5 minutes sans interruption.Si vous préférez, vous pouvez également respirer dans un sac. Une respiration contrôlée permet d'oxygéner votre cerveau, d'apaiser votre rythme cardiaque et de répartir normalement le flux sanguin de votre corps. Cela vous permet de penser plus clairement et vous aide à contrôler vos émotions.

Demandez de l'aide

Demandez de l'aide

Si les mesures ci-dessus ne suffisent pas à réduire l'intensité de la crise de panique, demandez de l'aide à un ami ou à un membre de votre famille. Faire face à une crise de panique seul n'est pas à la portée de tout le monde, donc si vous vous sentez plus à l'aise en étant accompagné par quelqu'un d'autre, faites-le sans hésiter. La compagnie d'une personne de confiance peut être utile non seulement pour vous aider à vous calmer, mais aussi pour vous fournir certains médicaments prescrits par votre médecin traitant

Attention : ces conseils ne remplacent en aucun cas le traitement psychologique et psychiatrique qui est cliniquement nécessaire pour réguler les attaques de panique ou le trouble panique.

Attaque de panique : comment aider ?

Il vous est peut-être déjà arrivé d'assister à la crise de panique d'un ami ou d'un membre de votre famille et cette situation vous a probablement pris par surprise. Il est difficile de savoir quoi faire, quoi dire ou comment réagir dans ces cas-là. Voici des conseils, étape par étape, pour savoir comment aider une personne souffrant d'une crise de panique

Gardez votre sang-froid

Les émotions sont souvent contagieuses, notamment l'intensité de la peur et de l'anxiété que votre ami ou proche éprouve pendant une crise de panique, de sorte que vous pouvez facilement vous laisser emporter. La première étape consiste donc à rester calme. En effet, pour pouvoir apaiser votre ami ou votre proche, vous devez être serein, concentré et aussi détendu que possible.

Trouver un espace isolé

Lorsque l'attaque de panique commence, il est important de trouver un espace sans de nombreux stimuli visuels et auditifs, où vous pouvez amener votre ami ou votre proche. En général, il est plus facile pour la personne de réduire son niveau de panique et d'anxiété si elle n'est pas en public.

Établir un contact visuel

Demandez à votre ami ou au membre de votre famille de vous regarder dans les yeux et concentrez-vous sur un contact visuel direct. Vous pouvez prendre les bras ou les mains de la personne en crise (très doucement et lentement), tout en lui demandant à nouveau de vous regarder dans les yeux. Cela aide la personne à isoler les autres stimuli et facteurs de stress présents dans l'environnement, tels que le bruit, les personnes, les objets, et à concentrer son attention sur une seule activité : regarder dans les yeux. De cette façon, vous commencez à appeler le calme émotionnel lors de l’attaque de panique.

Faites une respiration diaphragmatique conjointe

Tout en établissant un contact visuel direct avec la personne en crise, demandez-lui de respirer en même temps que vous. Demandez-lui de se concentrer sur sa respiration et sur la vôtre. Que signifie la respiration diaphragmatique ? Il s'agit de respirer en utilisant le diaphragme. Lorsque vous respirez normalement, c'est votre poitrine qui se contracte lorsque vos poumons se remplissent d'air. Dans le cas d'une crise de panique, ce que nous souhaitons, c'est au contraire que votre poitrine reste aussi immobile que possible, tandis que votre ventre monte et descend avec l'air que vous inspirez et expirez.

Vous allez dire à votre ami ou à votre proche d'inspirer profondément, sans bouger la poitrine, mais en gonflant le ventre, faites-le en même temps. Ensuite, comptez jusqu'à 3 pour retenir votre souffle et après cela, demandez-lui d'expirer lentement tout en regardant son ventre se dégonfler ou s'abaisser. Répétez cet exercice pendant au moins 5 minutes. Demandez à la personne de respirer lentement et de manière rythmée, il est très important de ne pas perdre le contact visuel pendant le processus de respiration, jusqu'à ce que la personne atteigne un état de calme optimal.

Crise de panique et anxiété

La crise de panique et l'anxiété ne sont pas les mêmes. Il est assez courant de confondre les deux. Voici donc les différences entre les deux, car il est important de comprendre leurs fonctions et leurs effets.

Anxiété Attaque de panique
Qu'est-ce que c'est ? L'anxiété est une émotion et une réaction d'anticipation à une menace future ou inconnue.Elle se manifeste dans les situations mêlant attente et incertitude. Elle dispose également de fonctions d'adaptation La crise de panique est l'apparition soudaine d'une peur intense accompagnée de symptômes physiques. Cette peur intense est une réponse psychologique à une menace présente ou imminente.
Qui en fait l'expérience ? En tant qu'émotion, tous les êtres humains en font l'expérience. Comme il s'agit d'une altération au niveau mental, tous les êtres humains n'en feront pas l'expérience.
Combien de temps dure-t-elle ? L'anxiété fonctionne sous la forme d'une courbe, c'est-à-dire qu'elle augmente progressivement jusqu'à atteindre son intensité maximale en 30 minutes environ. Après 20 à 30 minutes, il est habituel de pouvoir retrouver un état de calme. Bien que l'anxiété soit passagère, elle peut devenir chronique et généralisée. La plupart des attaques de panique peuvent durer de 5 à 20 minutes environ, mais atteignent leur intensité maximale en quelques minutes.
Quand cela peut-il arriver ? L'anxiété peut surgir à tout moment. Une attaque de panique ne peut être évitée, elle peut donc survenir à tout moment
Quels sont les symptômes ? Transpiration excessive, tremblements, accélération du rythme cardiaque, oppression dans la poitrine, hyperventilation (respiration rapide), nausées (dans certains cas), troubles gastro-intestinaux, augmentation de la température corporelle, agitation motrice, parfois agressivité. Transpiration excessive, peur de mourir, tremblements, accélération du rythme cardiaque, sensation d'essoufflement, nausée, douleur ou oppression thoracique, sensation d'étourdissement ou d'évanouissement, sensation de picotement, sensation de chaleur ou de frisson, peur de "devenir fou" ou de perdre tout contrôle, et sentiment d'irréalité.

Comment traiter une attaque de panique ?

Il est important de consulter un praticien spécialiste de la santé mentale pour diagnostiquer et traiter les attaques de panique. Si celles-ci ne sont pas traitées, elles peuvent s'aggraver et déboucher sur un trouble panique ou une phobie. La présence d'un trouble peut impliquer que les attaques de panique sont très fréquentes et que le traitement doit être prolongé dans le temps pour obtenir des résultats positifs.

En général, les principales réponses thérapeutiques aux attaques de panique sont la psychothérapie et/ou la médication. Le psychiatre est le seul spécialiste de santé mentale autorisé à prescrire des médicaments. Cependant, il est essentiel d'entamer un processus de psychothérapie continue avec un psychologue. Dans la plupart des cas, les médicaments seuls n'apporteront pas les effets souhaités de changement et d'amélioration.

Ainsi, la psychothérapie est essentielle pour comprendre les causes, les effets, la signification des crises de panique, ainsi que les techniques pour les surmonter. La psychothérapie est un espace permettant de se décharger, d'apprendre à se connaître et de promouvoir la santé mentale

Quand consulter un psychologue ou un psychiatre ?

Tout symptôme d'attaque de panique est une raison suffisante pour consulter un spécialiste de la santé mentale. Si les attaques de panique ne sont pas traitées à temps, les symptômes s'aggravent et peuvent conduire à un trouble panique. En outre, il est essentiel d'exclure toute cause médicale ou organique qui pourrait être à l'origine de symptômes similaires à ceux d'une attaque de panique, c'est pourquoi vous devez consulter votre médecin généraliste.

Mythes et vérités sur l’attaque de panique

Mythe #1

Il n'y a pas de remède aux attaques de panique.

La vérité

Les attaques de panique peuvent être guéries. Elles ne sont pas une maladie chronique ou incurable. Un processus psychothérapeutique et, dans certains cas, une médication appropriée seront suffisants pour les traiter. Soignées à temps et de la bonne manière, les attaques de panique ne devraient pas perdurer dans le temps. Au contraire, les crises non traitées peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé physique et mentale.

Mythe #2

Pendant une attaque de panique, je peux avoir une crise cardiaque.

La vérité

Le cœur est conçu pour subir des changements soudains sans difficultés majeures. Par conséquent, un cœur sain peut résister à une attaque de panique. En fait, la sensation de "faire une crise cardiaque" est causée par le niveau de peur intense ressentie pendant l’attaque de panique, elle est plus imaginaire que réelle.

Mythe #3

Je peux perdre la tête ou devenir fou à cause d'une attaque de panique.

La vérité

Une attaque de panique est passagère, elle ne peut donc pas déclencher une psychose établie ou à long terme (perte du sens de la réalité). Ainsi, vous ne deviendrez pas "fou" si vous avez une attaque de panique. Il s'agit plutôt d'un sentiment causé par la crise, c'est un symptôme de la peur soudaine et intense que vous pouvez ressentir pendant les 5 à 20 minutes de l'épisode.

Mythe #4

Les psychologues peuvent prescrire des médicaments pour les attaques de panique

La vérité

Les psychologues ne peuvent pas prescrire des médicaments à leurs patients pour des attaques de panique, ni pour aucun autre trouble mental. Ce n'est pas dans leurs attributions et, bien qu'ils connaissent bien la pharmacologie, ils n'ont pas le pouvoir de prescrire des médicaments. Leurs fonctions sont axées sur le repérage des troubles et la pratique de la psychothérapie. La seule personne habilitée à prescrire des médicaments dans le cadre de la santé mentale est le médecin (psychiatre ou médecin traitant). Les psychologues cliniciens proposent par ailleurs des traitements thérapeutiques qui sont essentiels pour réguler les attaques de panique, car la prise de médicaments seule peut ne pas avoir l'effet désiré

Questions fréquemment posées

Y a-t-il des attaques de panique nocturnes ?

Oui, une attaque de panique nocturne est un type d'attaque de panique inattendue. Elle se caractérise par le fait que la personne se réveille immédiatement dans un état de panique, c'est-à-dire qu'elle n'a pas le temps de se lever avant que l'attaque ne survienne, alors que l'attaque de panique non nocturne ne surgit que lorsque la personne s'est complètement réveillée de son sommeil.

Quelle est la meilleure façon de traiter une attaque de panique ?

Les principaux et meilleurs traitements des attaques de panique sont la psychothérapie et la psychomédecine. La psychothérapie vous permet d'apprendre à vous connaître, de comprendre d'où viennent les attaques de panique, quels sont les déclencheurs, les facteurs de risque et, surtout, elle vous permet d'apprendre des techniques pour contrôler la peur et l'anxiété intense. Les techniques prescrites par le psychologue ou le psychiatre seront déterminantes dans votre processus de guérison.

Comment prévenir une attaque de panique ?

Il n'y a aucun moyen de prévenir une attaque de panique étant donné sa nature soudaine et immédiate. Cependant, il est conseillé de faire de l'exercice et de trouver des moyens de réduire ou de contrôler le stress. En outre, une façon d'éviter qu'une attaque de panique ne devienne un trouble est de consulter un psychologue ou un psychiatre et, bien sûr, de suivre exactement le traitement qu'il suggère.

Quelles sont les complications d'une attaque de panique ?

Les complications sont principalement basées sur la qualité de vie et les handicaps qui peuvent survenir. Vous pouvez éprouver des difficultés dans vos relations sociales, vos relations familiales, vos relations avec votre partenaire, au travail ou à l'université. Devenir plus enclin à l'anxiété et à la dépression est également un risque si les attaques de panique ne sont pas traitées à temps. D'autres phobies et même certaines tendances suicidaires peuvent également être déclenchées.

Opmerking: De term "arts" wordt gebruikt ter gebruiksgemak en kan ook professionals in de gezondheidszorg omvatten.
Bronnen

1. Association américaine de psychiatrie. (2013). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM 5). Amer Psychiatric Pub Inc : Virginia, US

2. Clinique Mayo (s.f.). Site Internet officiel, , www.mayoclinic.org/diseases-conditions/panic-attacks/symptoms-causes/syc-20376021

3. www.nhs.uk/conditions/panic-disorder/

Deze pagina bevat geen medisch advies.
Deze pagina bevat geen gesponsorde inhoud of reclame. Lees hier het advertentiebeleid.

Deze inhoud is betrouwbaar en wetenschappelijk onderbouwd. Het is gebaseerd op officiële medische studies en is bewerkt door dokters en professionals in de gezondheidszorg en deelt objectieve informatie mee over diagnoses en behandelingen van ziektes. Het omvat verschillende bronnen. Indien u een professional in de gezonheidszorg bent en u ontdekt dat hier fouten of misvattingen op staan, gelieve ons te contacteren via [email protected]

Bedankt!

Uw ervaring kan andere personen helpen.

Sluit u aan bij Doctoranytime gratis door hier te kliken.

Er ging iets mis

Gelieve later opnieuw te proberen

We hebben uw mening goed ontvangen.

Vertel ons hoe we dit kunnen verbeteren.