SPÉCIALISATION

Lire des articles scientifiques sur

Nouvelle recherche

Traitement de la dépression

Qu'est-ce que c'est, symptômes, causes et traitement

Florence Bierlaire
Édité par Florence Bierlaire
Psychothérapeute
22 juin 2021
Charline Lemaire
Édité par Charline Lemaire
Psychologue
22 juin 2021

Qu'est-ce que la dépression?

La dépression est un trouble de l'humeur qui entraîne un changement important dans la façon dont les personnes pensent, se sentent et agissent. Cela signifie-t-il que la dépression est une maladie? Oui, en effet, la dépression est une maladie qui va au-delà de quelques sautes d'humeur ou de se sentir triste occasionnellement.

Les personnes qui traversent une dépression ont généralement des difficultés à se lever et à démarrer leurs journées comme elles le faisaient auparavant. Les tâches, activités et loisirs qui faisaient leur quotidien ne trouvent souvent plus d’intérêt à leurs yeux. La sensation de fatigue est intense.

Tous les secteurs de vie peuvent être contaminés par ce trouble : vie professionnelle, amoureuse, sociale et familiale. On retrouvera également des sentiments de culpabilité excessifs ainsi qu’une perte de confiance en soi et d’estime de soi. Dans certains cas, on verra apparaître des troubles du comportement alimentaire ou d’autres addictions.

Autrement dit, la dépression est un trouble émotionnel qui affecte les activités quotidiennes basiques et se traduit par un état constant de tristesse qui empêche les personnes de se comporter comme elles en avaient l’habitude. Actuellement, plus de 300 millions de personnes souffrent de dépression clinique et, dans le pire des cas, elle peut conduire à la fois à des comportements autodestructeurs et au suicide.

depresión

Les personnes dépressives souffrent d'un syndrome amotivationnel et perdent souvent le sens de la vie, c'est-à-dire une raison qui les guide à vivre et à faire ce qu'elles font. Une situation qui a explosé de façon exponentielle suite à la crise sanitaire mondiale provoquée par la Covid-19. Le confinement, le chômage, le manque de contact humain, la restriction des loisirs et l'absence d'interaction sociale sont autant de variables qui favorisent ou augmentent les tendances dépressives chez les individus.

Par conséquent, la dépression mérite une attention professionnelle, un traitement clinique et psychothérapeutique. Que signifie psychothérapeutique? Psychothérapeutique signifie toute action qui vise à soulager la souffrance psychique d’une personne.

Les symptômes de la dépression

Il est primordial et crucial de préciser qu’avoir le sentiment de s’identifier à un ou certains des symptômes de dépression énumérés ci-dessous ne signifie pas que vous êtes atteint de cette maladie. Au contraire, cela signifie qu'il est important de consulter un spécialiste de la santé mentale et de commencer par une phase de diagnostic responsable et d’analyse éclairée des symptômes.

  • Tristesse

    État de tristesse constant une grande partie de la journée avec parfois une légère amélioration le soir

  • Anhédonie

    Anhédonie : perte d'intérêt pour les choses de la vie, incapacité à ressentir du plaisir dans les activités quotidiennes, les loisirs, les interactions sociales, etc.

  • Problèmes de sommeil

    Problèmes de sommeil

  • Diminution de l'énergie

    Fatigue persistante et diminution de l'énergie presque tous les jours

  • Perte de poids

    Perte de poids significative par diminution importante de l'appétit ou au contraire gain de poids par compulsions alimentaires

  • Sentiments excessifs de culpabilité

    Sentiments excessifs de culpabilité

  • Problèmes et de mémoire

    Problèmes de concentration et de mémoire

  • Pensée et langage lents

    Pensée et langage lents. Diminution du mouvement physique, facilement observable par les autres

  • Pensées intrusives

    Pensées intrusives et récurrentes de la mort

  • Idées suicidaires récurrentes

    Idées suicidaires récurrentes qui ne sont pas nécessairement accompagnées d'une tentative ou d'un plan spécifique pour y parvenir

Diagnostic de la dépression. Comment savoir si je souffre de dépression?

Selon la dernière version du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, publié par l'Association Américaine de Psychiatrie, au moins cinq des symptômes énumérés ci-dessus doivent durer au moins deux semaines et doivent générer une détérioration significative du fonctionnement de la personne pour considérer la présence d’une dépression.

depresión 2

Comme expliqué dans la première partie de cet article, si les activités quotidiennes basiques sont gravement affectées par la présence de ces symptômes, il est important de consulter un professionnel de santé mentale, un psychiatre ou un psychologue clinicien, qui aidera à poser le diagnostic et à prescrire un traitement approprié.

PRENEZ RENDEZ-VOUS

La dépression est souvent confondue avec le simple fait de se sentir triste, avec des troubles anxieux, des problèmes associés à la peur et à l'angoisse, ou est confondue avec des problèmes émotionnels en général. Il est donc essentiel de ne pas essayer d’être son propre médecin ! Soulignons que l’automédication et l’autodiagnostic sont inappropriés, dangereux et ne doivent pas être pratiqués.

Consulter un psychiatre ou un psychologue clinicien peut sembler effrayant, étrange ou inutile pour de nombreuses personnes. Pour cette raison, il est important de comprendre que prendre soin de la santé d’un individu et de ses proches n'est pas synonyme de faiblesse. Au contraire, c'est un exercice de prise de conscience et de reconnaissance personnelle qui demande du courage. Consulter, c’est déjà reprendre du pouvoir sur son trouble. Accepter de se montrer vulnérable est un acte de bravoure. Consultez un spécialiste afin que votre situation ne s'aggrave pas et recevez l'attention que vous méritez.

Types de dépression

Trouble dépressif majeur

Trouble dépressif majeur

La personne a une humeur dépressive, un manque de motivation et une perte de plaisir dans ses activités la majeure partie de la journée, presque tous les jours pendant au moins deux semaines.

Trouble dépressif persistant

Trouble dépressif persistant

Ce type de dépression, également connu sous le nom de “dysthymie”, survient lorsqu'une personne a une humeur dépressive persistante, un manque de plaisir et une perte d'intérêt presque tous les jours pendant au moins 2 ans.

Chez l'enfant et l'adolescent, ces symptômes doivent être présents pendant au moins 1 an.

Trouble dépressif réactionnel

Trouble dépressif réactionnel

Humeur dépressive persistante faisant suite à un événement récent et bien identifié ou à un traumatisme.

Il est à noter que la dépression peut s’inscrire dans le cadre d’un trouble de stress post-traumatique aigu ou complexe.

Trouble dysphorique prémenstruel

Trouble dysphorique prémenstruel

Ce type de dépression survient lorsque la personne présente des changements constants dans son affect, des pics d'humeur, de l'anxiété et une humeur dépressive pendant la phase prémenstruelle du cycle.

Ces symptômes entravent les activités sociales et professionnelles d'une personne et apparaissent pendant la plupart des cycles menstruels pendant au moins 1 an.

Dépression prénatale et post-partum

Dépression prénatale et post-partum

Ce type de dépression se caractérise par une humeur dépressive qui affecte le rôle de la mère dans toutes les activités quotidiennes pendant ou après la grossesse, avec un impact sur les soins portés à elle-même et au bébé.

Trouble dépressif lié

Trouble dépressif lié à des substances ou à des médicaments

La personne est d’humeur triste et manque de motivation en raison de la consommation d'une substance psychoactive ou d'un médicament.

Il est important de préciser que ces symptômes ne disparaissent pas une fois la période d'effet de la substance terminée.

Maladie médicale

Trouble dépressif dû à une maladie médicale

Les effets physiologiques d'une autre maladie déjà diagnostiquée sont à l'origine de la dépression, de la perte d'intérêt et de plaisir de la personne.

Trouble dépressif spécifié

Trouble dépressif spécifié et non spécifié

Ce sont des états de dépression qui ne répondent pas aux autres critères. Les personnes atteintes de ce trouble peuvent avoir des épisodes dépressifs pouvant aller de 2 à 13 jours.

Causes de la dépression

L’étude des causes des différents types de dépression qui existent est importante pour son traitement, car, étant un trouble de l'humeur, elles ont des origines multiples, avec des facteurs individuels et sociaux.

1. Causes génétiques de la dépression

On estime que les personnes dont les parents immédiats souffrent ou ont souffert de dépression sont entre 1,5 et 3 fois plus susceptibles de la développer à l'âge adulte.

En outre, des études scientifiques récentes montrent que la dépression et l'anxiété chez la mère pendant la grossesse peuvent être transmises aux bébés et favoriser de l'anxiété et des troubles dépressifs dans le futur.

2. Causes biologiques de la dépression

Des raisons biologiques sont généralement associées à un déséquilibre du fonctionnement de certains neurotransmetteurs. Que sont les neurotransmetteurs ? Ce sont des substances chimiques qui permettent à différentes parties du cerveau de communiquer entre elles.

Par exemple, des études ont montré qu'une carence dans les taux de sérotonine et de dopamine joue un rôle important dans le développement de la maladie.

3. Causes sociales de la dépression

Influence familiale

Influence familiale

La violence domestique, le divorce, l'alcoolisme dans la famille, des antécédents de maladie mentale, une prédisposition à la dépression peuvent être des facteurs favorables à la maladie

Expériences traumatiques

Expériences traumatiques

Des violences psychologiques et sexuelles dans l'enfance, des attitudes toxiques répétées de l’un ou des deux parents, un abandon durant les premières années de la vie, des accidents traumatiques, des dommages corporels irréversibles, entre autres, sont souvent associés à la dépression chez les adolescents ou chez les adultes.

Stress

Stress

Dans l’enfance et l’adolescence, il peut s’agir du stress scolaire : le mal-être en classe, l’importance donnée aux notes, le harcèlement, les relations avec les enseignants.

Dans la vie adulte, ce sera le stress causé par la surcharge de travail, les problèmes financiers ou relationnels, le chômage, la frustration professionnelle. Sur la durée, tous ces stress peuvent conduire à la dépression

Substances psychoactives

Dépendance à plusieurs substances psychoactives et médicaments

La consommation chronique de drogues et de certains médicaments augmente le risque d'apparition de dépression, car ils produisent des modifications chimiques dans le cerveau et dans le comportement.

4. Causes socioculturelles de la dépression

Éducation défaillante, origines culturelles mal vécues, précarité sociale.

5. Autres causes de dépression

Des déménagements ou des changements d’école à répétition, un deuil particulièrement douloureux, un questionnement sur son identité sexuelle, un manque de sens donné à la vie sont également des facteurs qui peuvent prédisposer au développement de la dépression.

Conseils pour se sentir mieux

Régime équilibré

Régime équilibré

Une alimentation riche en aliments qui aident à la production de neurotransmetteurs, comme la “sérotonine”, est essentielle pour un bon moral et une meilleure condition physique. Certains aliments tels que le riz, les pâtes, les produits laitiers, les œufs, les céréales, les légumes, la dinde, le poulet, la banane, entre autres, facilitent ce processus.

Activité physique

Activité physique

Rester actif grâce à l'exercice permet de potentialiser son énergie et de se sentir bien. Un corps immobile devient un facilitateur pour un esprit immobile. Le corps et l'esprit sont en constante rétroaction.

Psychothérapie

Psychothérapie

Participer à des séances de psychothérapie avec un professionnel est essentiel. La psychothérapie aide à comprendre, identifier et améliorer la dépression grâce à la supervision et au soutien d'un professionnel de santé mentale.

Extérioriser ses pensées

Extérioriser ses pensées

Externaliser ses pensées est un bon moyen de les identifier et de les mettre en perspective, surtout lorsqu'il y a des pensées négatives associées à la dépression. Les écrire ou les exprimer via une activité artistique est un bon exercice pour atteindre cet objectif.

alcohol

Diminuez la consommation d'alcool

L'alcool est un dépresseur du système nerveux central et n'est donc pas un allié même s’il donne parfois l’illusion d’oublier son mal-être. La consommation d'alcool fera que l'humeur aura tendance à rester triste et à s'aggraver considérablement avec le temps. La culpabilité, l’agressivité, la solitude et les pensées suicidaires peuvent être augmentées en buvant de l'alcool.

Partagez ce que vous ressentez

Partagez ce que vous ressentez

Évacuer les sentiments réprimés est sain. Demander de l'aide à quelqu'un en qui vous avez confiance est la première étape pour reconnaître que quelque chose ne va pas avec votre état d’esprit et l'empêcher ainsi de s'aggraver.

Mythes et vérités sur la dépression

Mythe #1

Il n’y a pas de remède à la dépression.

Réalité

La dépression ne dure pas éternellement. La dépression a un traitement et un remède. La psychothérapie et la thérapie psychopharmacologique (utilisation de médicaments) sont essentielles à son traitement. Elles ne sont pas mutuellement exclusives, mais complémentaires. Cependant, l'expérience de traitement est unique pour chaque personne et varie en durée selon l'approche du thérapeute.

Mythe #2

Les gens choisissent de devenir déprimés ou non.

Réalité

La dépression n’est pas un choix. La dépression rassemble une série de symptômes indépendamment de la volonté des gens. Passer par la dépression n'est pas amusant. Elle implique une souffrance émotionnelle et un lourd défi pour ceux qui la vivent. Les gens décident-ils, par exemple, d'avoir le diabète ? Non... Eh bien, c’est la même chose avec la dépression qui est une maladie et en tant que telle, n'est pas choisie.

Il arrive que l’on pense qu’en se motivant, les personnes dépressives retrouveraient énergie et goût d’entreprendre. C’est faux. La personne qui développe une dépression a souvent, justement, trop essayé de plaire, de réussir, de satisfaire. Elle s’est épuisée à cette tâche, son réservoir d’énergie psychique est vide et elle ne parvient plus à le remplir ni à répondre à ses besoins. Lorsqu’une voiture n’a plus d’essence, elle s’arrête. Il en est de même pour la personne dépressive.

Mythe #3

Les antidépresseurs créent une dépendance.

Réalité

Les médicaments antidépresseurs ne créent pas de dépendance. Contrairement aux sédatifs, aux tranquillisants (benzodiazépines) et aux dérivés des opioïdes, les antidépresseurs ne provoquent pas de dépendance. Cependant, leur dose doit être contrôlée et ils ne doivent être fournis que sur prescription médicale. Ces médicaments ne peuvent pas non plus être abandonnés à la volonté du patient, il s'agit d'un processus graduel et à la discrétion du médecin traitant.

Mythe #4

La dépression se remarque par l’humeur triste affichée par la personne.

Réalité

Une personne dépressive peut manifester son mal-être à travers d’autres émotions comme de la colère ou de l’agressivité vis-à-vis des autres ou de soi-même, de l’anxiété, des crises d’angoisse ou au contraire une absence totale d’émotions. La tristesse ne s’affiche pas toujours au premier plan et certaines personnes dépressives peuvent même s’employer activement à paraître joyeuses et épanouies en société.

Mythe #5

La dépression périnatale / post-partum de la mère affecte le bébé.

Réalité

Dès les premiers stades de la grossesse, les émotions de la mère affectent de manière significative les nouvelles connexions neuronales et le développement du cerveau du bébé. Sous l'influence du stress, de l'anxiété et de la tristesse profonde pendant la grossesse, le corps de la mère peut libérer des hormones dont la présence peut affecter le bébé à l'âge adulte. En fonction de leur intensité et de leur durée, ces émotions peuvent entraîner une modification de la chimie du cerveau du fœtus.

Une fois que le bébé est né, il peut y avoir des comportements négatifs de la part de la mère qui affectent le nouveau-né, tels que le manque de soins, l'isolement et l'incapacité de nourrir le bébé. Bien évidemment, le père joue aussi un rôle dans ce processus.

Mythe #6

Les psychologues peuvent prescrire des médicaments pour la dépression.

Réalité

Les psychologues ne peuvent pas prescrire de médicaments à leurs patients. Cela ne fait pas partie de leurs attributions et, bien que dans le cadre de leur formation académique, ils connaissent très bien la pharmacologie, ses usages et ses effets, ils n'ont pas la capacité de prescrire des médicaments pour la dépression ou pour toute autre maladie. La personne déléguée à cet effet est le psychiatre. Les psychologues cliniciens proposent des traitements thérapeutiques essentiels, car la prise de médicaments à elle seule ne suffit généralement pas.

Questions fréquentes sur la dépression

Comment puis-je savoir si je suis déprimé ou triste?

La tristesse est une émotion inhérente à la condition humaine. Nous sommes nés avec elle, elle est automatique et temporaire. Cependant, la dépression est une maladie dans laquelle la tristesse devient systématique, il y a une perte de plaisir et d'intérêt. L’individu ne peut pas agir comme il le faisait auparavant dans ses activités quotidiennes.

Toutes les personnes dépressives doivent-elles prendre des médicaments?

Pas nécessairement. Les médicaments peuvent être un modulateur ou un complément, mais pour certaines personnes, suivre une psychothérapie est suffisant.

La consommation d'alcool est-elle liée à la dépression?

Oui, cela peut être directement lié. L'alcool est un dépresseur du système nerveux central et, par conséquent, il augmentera considérablement le sentiment constant de tristesse, de culpabilité, de solitude et de confusion, et peut même augmenter les tendances suicidaires. Pour cette raison, il est déconseillé de consommer de l'alcool pendant les états dépressifs. Cependant, dans un premier temps, l’alcool peut donner l’illusion d’aller mieux et donc entraîner la personne dans un cercle de dépendance nuisible.

Une personne peut-elle surmonter seule la dépression?

Ce n'est pas conseillé et il n'y a aucune preuve scientifique qui soutienne cette idée. Étant une maladie, la dépression nécessite un diagnostic rigoureux et un traitement adéquat pour éviter son aggravation.

Les adolescents peuvent-ils souffrir de dépression?

Oui. En fait, la dépression chez les adolescents est un exemple particulier de trouble émotionnel et comportemental typique de la période de la puberté. Elle est associée aux changements du système endocrinien qui se produisent normalement à cet âge.

Les parents jouent un rôle crucial dans la création d'un espace de confiance avec leurs enfants, en les abordant de manière compréhensive et sans jugement. Ne pas être dans l’ouverture peut conduire l’adolescent à se retrancher et à refuser de consulter un spécialiste.

Toutes les personnes dépressives veulent-elles se suicider?

Non. Les pensées suicidaires ne sont qu'un symptôme qui peut apparaître ou non pendant la dépression.

Remarque : Le terme «docteur» est utilisé par souci de concision et peut également inclure des professionnels de santé.
Ressources

1. Sandín, B., Valiente, R. M., Pineda, D., García-Escalera, J., & Chorot, P. (2018). Escala de Síntomas de los Trastornos de Ansiedad y Depresión (ESTAD): Datos preliminares sobre su estructura factorial y sus propiedades psicométricas. Revista de Psicopatologia y Psicologia Clinica, 23(3), 163–177.

2. Duhig, M. (2005). What is Psychotherapy? Existential Analysis: Journal of the Society for Existential Analysis, 16(1), 24–35.

3. BEMBNOWSKA, M., & JOŚKO-OCHOJSKA, J. (2015). What causes depression in adults? Polish Journal of Public Health, 125(2), 116–120.

4. Davidsen, A. S., & Fosgerau, C. F. (2014). What is depression? Psychiatrists’ and GPs’ experiences of diagnosis and the diagnostic process. International Journal of Qualitative Studies on Health & Well-Being, 9, 1–N.PA

5. Fried, E. I., Nesse, R. M., Guille, C., & Sen, S. (2015). The differential influence of life stress on individual symptoms of depression. Acta Psychiatrica Scandinavica, 131(6), 465–471.

6. Lilly, F. R. W., Jun, H., Alvarez, P., Owens, J., Malloy, L., Bruce, B. M., & Vidal, C. (2020). Pathways from health beliefs to treatment utilization for severe depression. Brain & Behavior, 10(12), 1–11.

7. Wan Mohamed Radzi, C. W. J. B., Salarzadeh Jenatabadi, H., & Samsudin, N. (2021). Postpartum depression symptoms in survey-based research: a structural equation analysis. BMC Public Health, 21(1), 1–12.

8. Van der Velden, P. G., Hyland, P., Contino, C., von Gaudecker, H.-M., Muffels, R., & Das, M. (2021). Anxiety and depression symptoms, the recovery from symptoms, and loneliness before and after the COVID-19 outbreak among the general population: Findings from a Dutch population-based longitudinal study. PLoS ONE, 16(1), 1–17.

9. Psychiatric American Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM 5). Amer Psychiatric Pub Inc: Virginia, US.

Cette page ne contient aucun avis médical.
Cette page ne contient pas d'annonces. Lisez la politique de gestion des annonces ici.

Ce contenu est fiable et documenté scientifiquement. Il est basé sur des études médicales officielles et il est édité par médecins et professionnels de la santé et présente des informations objectives sur le diagnostic et le traitement des maladies. Cela comprend des ressources. Si vous êtes un professionnel de santé et que vous découvrez qu'il contient des erreurs ou oublis, veuillez nous contacter via [email protected]

Merci !

Votre expérience peut aider d'autres personnes.

Rejoignez Doctoranytime Gratuitement en cliquant ici.

Un problème est survenu

Veuillez réessayer plus tard

Nous avons bien reçu votre avis

Dites-nous comment nous pouvons améliorer cela.